Jeux vidéo

Review : The Banner Saga

The Banner Saga est un jeu indépendant de type RPG tactique au tour par tour développé par Stoic, édité par Versus Evil et il est sorti sur Steam le 14 Janvier 2014 à 19,99€.

Trois anciens employés passionnés de BioWare (et ayant bossés sur le MMORPG Star Wars : the Old Republic) ont lancé le projet The Banner Saga sur Kickstarter. Une belle réussite qui leurs a apporté le soutien de plus de 20 000 personnes (je vous raconte pas la taille du générique de fin !) et ont pu sortir ce petit bijou.

Le background, le contexte

L’histoire se déroule dans un univers directement inspiré des légendes Nordiques et vikings en pleine approche de la fin du monde ! En effet, le soleil s’est figé dans le ciel, laissant le monde dans un plein jour éternel. Les Dieux ont disparu depuis peu également, laissant place à des créatures appelées Dredge sortis tout droit des entrailles de la Terre qui avaient pourtant disparus depuis la Grande Guerre. Varls (des géants) et Humains sont obligés de se serrer les coudes pour faire face à cette situation alors que leur trêve est déjà fragile.

Deux groupes à l’opposé de la carte vivent cet événement apocalyptique de deux façons différentes. D’un coté une majorité de Varls guerriers accompagnés d’un prince Humain, de l’autre un village humain en compagnie d’un unique Varl qui vont devoir déserter et quitter leur terre. Et pourtant, tous devront faire des choix pour survivre à cette invasion de Dredge.
Et bien entendu, ces choix, ça sera au joueur de les faire !

Le gameplay

The Banner Saga débute sur une légère introduction de quelques lignes de texte. Si vous n’aimez pas lire, passez votre chemin. Car ici, même si le jeu est accompagné d’une pâte graphique des plus sublimes, votre imagination sera mise à contribution la majeure partie du temps.

Puis, un combat se met en place et un mini-tutorial se lance pour vous apprendre les mécaniques de bases du gameplay. Nous avons donc droit à un Tactical RPG où vous devez gérer à la fois votre attaque, vos points de vie tout comme les déplacements de vos personnages. Rien de très original, me direz-vous. Chacun des personnages possède sa propre capacité, son Armure et sa Force. L’Armure ayant pour effet « d’absorber » les dégâts infligés sur la Force, et la Force représentant à la fois les dégâts que vous pouvez infliger comme vos points de vie (tomber à 0 équivaut à un KO).

La gestion de la Renommée

Pas de pièce d’or ou de notion d’expérience dans The Banner Saga. Ici, place à la Renommée !!
Envie de faire évoluer un personnage ? Vous allez devoir dépenser votre précieuse Renommée. Besoin d’acheter des Vivres pour que votre caravane puisse continuer son périple ? Vous allez devoir utiliser votre Renommée, une fois encore. Envie d’acheter une pièce d’équipement ? La Renommée, encore et toujours !
Vous l’aurez compris, la Renommée, vous allez courir après. Souvent.

Pas de pièce d’or ou de points d’expérience. Juste de la Renommée. À vous de bien la gérer !

Dépensez la exclusivement dans l’évolution de vos personnages combattants et les habitants de votre caravane mourront petit à petit (ou l’un d’eux prendra la fuite en vous volant le peu de Vivre qu’il vous reste).
Achetez uniquement des Vivres et vous vous mangerez peut-être un cuisant échec dans le combat suivant. De plus, en fonction de la difficulté choisie, la mort d’un personnage est permanente. Ce qui réduit définitivement la taille de votre groupe.

Les choix cornéliens

En plus d’une notion de gestion, The Banner Saga offre une expérience passionnante concernant les choix que vous pouvez faire. À de très nombreux moments, votre groupe se retrouvera face à des choix cornéliens.
Un qui me revient en tête est que vous croisez un groupe de brigand dévalisant des paysans en employant la force. Vous avez la possibilité d’attaquer les brigands (quitte à y laisser des plumes) tout comme prendre part au vol afin d’obtenir des Vivres supplémentaire ou encore… Passer votre chemin (en prenant le risque de recroiser les paysans par la suite qui vous attireront des complications).

Un choix qui vous semblera le plus avantageux à l’instant présent peut très bien avoir une répercussion néfaste des heures plus tard dans le jeu !! Ainsi, autoriser un personnage à vous rejoindre peut s’avérer être une opportunité en or sur le moment, jusqu’à ce qu’il vous plante littéralement un couteau dans le dos en pillant vos Vivres par la même occasion… Et tant pis pour vous s’il s’agit d’un personnage dans lequel vous avez dépensé des points de Renommée pour son évolution !

Du texte, du texte, et encore du texte…

The Banner Saga possède une ambiance qui lui est propre, grace à sa bande son, son esthétisme, mais aussi par les longues lignes de texte que vous devrez lire. Même si cet aspect peut sembler rebutant aux premiers abords, c’est ce qui fait selon moi le plus gros point fort du jeu et qui m’a rappelé un peu les fameux « Livre dont vous êtes le héros ». D’autant plus que la majorité des situations auxquelles vous ferez face seront décrites par quelques lignes de texte et sans image pour les visualiser. Ça peut sembler déstabilisant et probablement que ça l’est un petit peu… Mais les moments où vous aurez de véritables illustrations à regarder vous laisseront très certainement rêveur.

D’un point de vue graphisme, The Banner Saga m’a donnée une véritable claque et je m’attendais à quelque chose de plus modeste. Aujourd’hui, je regrette qu’il n’y ait pas un artbook officiel en vente car je l’aurai acheté sans réfléchir. Les phases de dialogues faisant avancer la trame principale de l’histoire vous permettront de voir chacun de vos personnages.
Même s’ils sont figés, vous pourrez voir une petite mèche de cheveux voler ou un vêtement onduler rendant le tout très harmonieux. Lorsque votre caravane se déplacera, ça sera toujours d’un coté de l’écran jusqu’à l’autre. Ca reste techniquement modeste, mais c’est à la fois réussi et atypique.

La traduction

Lors de sa sortie, The Banner Saga n’avait pas de traduction française. Depuis, la langue de Molière est implantée et ce n’est pas un mal. Les dialogues ont parfois de véritable voix qui parlent uniquement en anglais et avec un accent à découper au couteau (dans le bon sens du terme, la VO est très bonne !). Cependant, certains passages laissent un peu à désirer comme lorsqu’un personnage réplique un « Désolée » alors qu’il s’agit d’un homme…

L’original soundtrack

La bande son est tout aussi délectable que le reste et d’ailleurs, vous pouvez vous procurer l’OST sur Steam. Si vous y prêtez attention, vous pouvez reconnaître certains noms dans la liste des musiciens/interprètes comme celui de Malukah ainsi que celui de la violoniste Taylor Davis.

La durée de vie

Concernant la durée de vie du jeu, vous pouvez compter une douzaine d’heure pour le terminer. Et puisque les nombreux choix que vous serez amenés à faire au cours du jeu ont une influence à un moment ou à un autre, vous aurez peut-être envie de le recommencer une seconde fois (ce qui est mon cas).
Dernier détail : The Banner Saga est une trilogie. Donc la fin reste une fin relativement ouverte qui me donne personnellement envie de connaître la suite mais qui pourra peut être en décevoir certains. De plus, les choix effectués dans votre premier volet auront obligatoirement des répercussions sur The Banner Saga 2 et 3. Et ça, c’est cool.


Si vous hésitez encore à vous procurer The Banner Saga, voici un trailer qui je l’espère, vous séduira :

Et parce que je suis toujours aussi fan de Malukah, je vous intègre la vidéo de sa chanson au coté de Taylor Davis :

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s